Rencontre avec Jacques Bredael


Infatigable Nathalie Demain !


A peine revenue de son évocation pédestre de la campagne napoléonienne de 1825, sur les
chemins qui mènent à la « morne plaine » de Waterloo, la voilà qui chausse à nouveau ses
godillots, se replonge dans ses cartes d’état-major, et se relance à l’exploration attentive,
amoureuse pourrait-on dire, de son Brabant wallon !


Elle aurait aimé, dit elle, boucler la boucle, en faire simplement mais scrupuleusement le tour …
Au long des promenades précédentes, au fil de l’eau ou sur les traces du Petit Caporal, elle nous
avait déjà fait découvrir et apprécier pas mal de jolis villages, de délicieux coins de verdure et de
paysages splendides sur les frontières de la Jeune Province.


Elle a donc choisi d’en isoler cette fois quelques uns, en insistant sur le patrimoine : le fermes, les
chapelles, les hameaux, les châteaux … les abbayes en ruine, voire les usines car il y en a eu
aussi, et non des moindres …


Et tout cela sans se départir de son leitmotiv, la « pleine conscience ».


Sans souci de performance, sans chronomètre, sans aucune des machines « connectées » qui
comptent le nombre de vos pas ou qui mesurent les kilomètres parcourus.


Avec la volonté par contre, de profiter à fond du charme de petits coins délaissés ou ignorer,
parfois à portée d’arbalète de l’autoroute ou du restaurant étoilé !


Nathalie marche vite – nous en avons fait l’expérience en trottant parfois à sa suite sur les
sentiers – mais paradoxalement, elle prend aussi le temps ! Le temps de s’asseoir dans une
trouée, de se pencher sur une fleur, de rechercher la source discrète d’un ruisseau, d’explorer un
chemin envahi par les broussailles ou bêtement – hélas – clôturé par quelque agriculteur désireux
d’arrondir son champ ou quelque néo-campagnard soucieux de garder pour lui seul son petit
domaine agreste …


De la frontière linguistique, si difficile à percevoir entre Nethen et Sint Joris Weert (autrefois Weert
Saint Georges) ou entre Helecine et Ophleysillem, aux vergers de la province de Liège ou aux
carrières du Hainaut, marchez sans hésiter sur les traces de Nathalie Demain ! Ce n’est que
raisonnablement fatigant, il y a toujours un bistrot ou une auberge sympa, et surtout, ces «
promenades « vous révèleront à coup sûr, ainsi que le dit si bien Julos Beaucarne, que « nous ne
sommes que prétexte dans le paysage au passage de la vie et de l’ailleurs » …


Jacques Bredael